Sophie : Bretonne de cœur – Participante Gravel Tro Breizh 2018

Est ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Sophie et j’ai 29 ans. Je vis en Suisse Allemande depuis 2 ans maintenant mais je suis originaire de Bretagne.
Je suis passionnée de sport et j’aime plus que tout les escapades en Nature. Je travaille également dans le monde du sport, je développe des matières et des chaussures pour l’entreprise suisse On Running.

————————
Tu es plutôt une routière ou une vttiste ?

J’ai commencé avec le vélo de route pour gérer les cales-auto! Mais ensuite je n’ai fait principalement que du VTT (toutes disciplines confondues). Le vélo de route c’était plutôt pour aller au travail ou m’initier aux cols dans les Alpes. Je dirai que je suis VTTiste donc.

————————
Est ce que tu avais déjà fait de telles épreuves avant la Gravel Tro Breizh ?

Mmmh pas d’épreuve aussi longue que la GTB en termes de distance. Cela fait peu de temps que je fais du vélo et j’ai plutôt fait des courses de VTT (Epic Shimano Enduro, Marathons de XC, nombreuses courses d’Enduro). J’ai découvert le gravel avec la GTB. Je rêvais d’en faire et c’est chose faite!

————————
Pourquoi la Gravel Tro Breizh ?

Parce que la Bretagne c’est tout ma vie. C’est de la que je viens et aussi ici que je viendrai vieillir. J’avais envie de la voir sous un autre angle et de découvrir plein de coins que je ne connaissais pas.

————————
Quel vélo as-tu utilisé lors de la Gravel Tro Breizh 2018 ?

J’ai utilisé le Sequoia Expert de chez Specialized ( tout en acier avec une fourche en
carbone).

————————
Quel équipement avais-tu pour le portage (sacoche bikepacking ou traditionnelle) ?

J’avais des diverses sacoches bikepacking également de chez Specialized (sacoche de selle, de cadre et de cintre).

————————
Comment as-tu géré ton hébergement ?

Nous avons décidé de faire la course à 3 (Robin, Rita et moi). Nous avons opté pour le camping sauvage pour gérer notre courses à notre rythme et ne pas se mettre de pression quant à la destination à atteindre chaque jour. Nous avions donc des tentes ultra light (The North Face pour ma part). Et tant pis pour la douche et le
glamour !

————————
Quelles erreurs as-tu faites ?

Je dirai 2 erreurs essentielles :

1. Changer de chaussures le jour J. Erreur fatale. Quand tu n’as pas testé ton matériel avant de prendre part à une course, aussi longue soit-elle, c’est vraiment une mauvaise idée. Donc ne JAMAIS faire cela.

2. Manquer d’entraînement. Disons, rouler souvent et assez longtemps. Prendre le temps de poser ses fesses sur une selle et partir à la découverte de ce qui nous entoure. Rien à voir avec la difficulté de la course, simplement apprendre et habituer à son corps à rouler tous les jours 200km. Ça évite les blessures dues aux mouvements répétitifs par exemple.

————————
Qu’est ce qui t’a marqué en Bretagne ?

Déjà pour faire taire les rabats-joie, il a fait un temps magnifique! Les paysages sont sublimes et extrêmement variées, contrastés, d’un département à l’autre, du bord de
mer au cœur de la Bretagne. Nous avons aussi vraiment bien mangé, des saveurs aussi variés que les paysages. Plus j’y passe de temps, plus je l’aime cette Bretagne.

————————
Quel est ton plus beau souvenir sur cette Gravel Tro Breizh ?

Honnêtement? C’est une, voire la, meilleure expérience sportive que j’ai entreprise dans ma courte vie. J’ai littéralement adoré partager ce moment avec Robin et RIta.

Tout était parfait, on s’est entendu à merveille, on a passé notre temps à rire, nous raconter des histoires, sans même penser aux choses ennuyeuses de notre quotidien, à manger et bien sûr à rouler, rouler, rouler!

————————
Un conseil à donner aux futurs participants ? ou à ceux qui hésitent ?

N’hésitez pas ! C’est une formidable expérience, sincèrement. Aucune raison d’hésiter, aucune peur à avoir. C’est chacun son rythme et c’est vraiment du plaisir.
Un conseil. Un partenaire de route, voire plusieurs, je pense que c’est l’idéal pour encore plus apprécier ce genre d’épreuve. En tous cas, cela m’a plu personnellement et m’a aidé.

————————
Tes craintes avant l’épreuve ? Et quel bilan après ?

Le mal de fesse assurément! Et au final, j’ai eu mal partout sauf là! Il faut juste bien s’équiper en termes de cuissard et aussi avoir une bonne crème pour éviter le cul de babouin!
La peur de ne pas y arriver aussi, d’être le boulet de nous 3. Et au final, c’était bien moins dur que je ne le pensais. C’est l’esprit d’équipe aussi, ça tire vers le haut!

————————
Tu es plutôt : team « galette saucisse » ou team « kouign-amann » ?

Team galette saucisse !! Avec des frites 😀

dav